« C’est une belle opportunité »

C’est à Alicante en Espagne que Damien a posé, depuis fin décembre, ses valises. En effet, le skipper de Groupe APICIL a rejoint l’équipage de l’IMOCA Biotherm skippé par Paul Meilhat avec lequel il participera aux trois premières étapes de The Ocean Race.

Cette course mythique autour du monde en équipage – anciennement appelée Volvo Ocean Race – est la plus longue épreuve en course au large. Très exigeante physiquement, elle se déroule en sept étapes.

Pour cette 14e édition, deux classes de bateaux sont représentées : les VO65 (monocoques de 20,37 mètres habituellement utilisés sur cette course) et les IMOCA au nombre de cinq dont c’est la première participation. Le départ de la course sera donné dimanche 15 janvier à 16h05 à Alicante en Espagne. Les bateaux s’élanceront pour un premier sprint de 1 900 milles en direction du Cap Vert qu’ils devraient atteindre au bout de cinq à sept jours de navigation. Les deux étapes suivantes emmèneront les bateaux naviguer dans les hostiles mers du Sud comme sur le Vendée Globe notamment sur la troisième qui, entre Cape Town et Itajaí, sera la plus longue de l’histoire de la course (12 750 milles). La flotte contournera l’Antarctique avant de revenir en Atlantique.

 

Pour Damien , 7e du dernier Vendée Globe, cette course représente une belle opportunité pour engranger des milles et de l’expérience notamment dans les mers du Sud. Alors que son bateau Groupe APICIL est actuellement à Lorient entre les mains de son team pour un important chantier dont l’objectif est l’implantation de grands foils, Damien va pouvoir mesurer les performances de Biotherm, l’un des bateaux les plus récents de la classe IMOCA.

Entretien avec Damien Seguin.

Damien peux-tu nous expliquer ce qui t’a motivé à embarquer sur The Ocean Race à bord du bateau Biotherm de Paul Meilhat ?

« Il y a plusieurs choses. Sportivement c’est hyper intéressant de pouvoir naviguer sur un IMOCA récent avec des grands foils et puis il y a le parcours qui correspond à tout ce qu’on fait sur un Vendée Globe avec en plus la notion d’équipage. Ce n’est pas souvent que nous avons l’occasion d’aller naviguer dans le Sud donc rien que pour ça, c’est une belle opportunité. Et puis cela tombait bien dans mon agenda car mon bateau est en chantier pour six mois. Participer à trois étapes de The Ocean Race me permet donc de continuer à naviguer sur un IMOCA. »

Justement comment t’organises-tu avec ton bateau Groupe APICIL qui est actuellement en chantier ?

« C’est un gros chantier car nous refaisons à peu près tout sur le bateau. Un certain nombre de décisions ont été prises il y a pas mal de temps, ce qui fait que les premiers mois de chantier vont se dérouler assez précisément. C’est d’ailleurs pour cela que je pouvais me permettre de m’échapper du chantier les quatre premiers mois de l’année puis revenir au mois d’avril pour prendre les ultimes décisions sur les derniers aménagements du bateau. C’est un chantier ambitieux. Avec l’équipe, on savait qu’en rachetant ce bateau on passerait par cette phase importante. Tout se déroule bien pour l’instant. »

Tu arrives pleinement à être à Alicante ou tu as un peu la tête à Lorient aussi ?

« Non car j’ai vraiment confiance en mon équipe qui travaille sur le bateau à Lorient. Évidemment, je suis au courant de ce qui se passe sur le chantier car j’échange régulièrement avec mon Team. Ça se passe bien je suis content »

Le départ de The Ocean Race approche. Est-ce que tu sens l’excitation monter ?

« Nous avons fait l’In-Port dimanche dernier. C’était la première fois que je montais sur le bateau en navigation. C’était très sympa. J’étais content de pouvoir quitter le ponton et le mode chantier car même si le bateau est prêt à partir, il faudra travailler dessus jusqu’au dernier moment. L’ambiance à bord est bonne. C’est une bonne chose de naviguer en équipage même si c’est particulier car il n’y a pas beaucoup de place sur ces bateaux. Mais ça va être sympa d’échanger nos points de vue autour de l’objectif qu’on peut avoir en commun. »

Est-ce que tu connais bien les marins avec qui tu embarques ou y en a-t-il que tu découvres ?

« On se connait tous un peu mais c’est la première fois que je navigue avec certains à l’image de Paul ou d’Amélie. Avec Anthony, j’ai juste navigué avec lui une fois pendant 24 heures sur un IMOCA donc ça va être une belle découverte ».

L’EQUIPAGE BIOTHERM SUR THE OCEAN RACE

  • Paul Meilhat, skipper
  • Damien Seguin
  • Anthony Marchand
  • Amélie Grassi
  • Samantha Davies

LE PROGRAMME DE THE OCEAN RACE

Les sept étapes de The Ocean Race :

 

  • Etape 1 : Alicante – Cap Vert : départ dimanche 15 janvier (1 900) milles
  • Etape 2 : Cap Vert – Le Cap : départ le 25 janvier ( 4 600 milles )
  • Etape 3 : Le Cap – Itajai : départ le 26 février ( 12 750 milles)
  • Etape 4 : Itajai – Newport : départ le 23 avril ( 5 550 milles)
  • Etape 5 : Newport – Aarhus : départ le 21 mai ( 3 500 milles)
  • Etape 6 : Aarhus-La Haye via Kiel : départ le 8 juillet (800 milles)
  • Etape 7 : La Haye – Gênes : départ le 15 juillet (2 200 milles)

The Ocean Race : deuxième départ pour Damien à bord de l’IMOCA Biotherm.

Arrivés au Cap Vert samedi matin dernier en quatrième position, pour la première étape de The Ocean Race, Damien , et les autres navigateurs de Biotherm, ont repris le large hier à 19h10 précises (heure française). Les 5 IMOCA inscrits sur le tour du monde avec escale et en équipage se sont élancés pour une…

Groupe APICIL et Damien Seguin, bien arrivés à Lorient

A 13h45 aujourd’hui, Damien Seguin a pu enfin mettre pied à terre à Lorient après le démâtage de son IMOCA survenu dans la nuit de jeudi à vendredi suite à une collision avec un cargo. Accueilli par l’ensemble de son équipe, ses amis, sa famille, ses partenaires, quelques promeneurs et le navigateur japonais Kojiro Shiraishi,…

Damien Seguin en sécurité sur son IMOCA Groupe APICIL

Après son démâtage survenu à 3H30 dans la nuit de jeudi à vendredi, suite à une collision avec un cargo, Damien Seguin a pris la décision d’abandonner la Route du Rhum – Destination Guadeloupe et de faire route au moteur vers Lorient. Il a réussi à fabriquer un gréement de fortune avec l’un de ses…