Entrés dans le Pot au Noir hier, Damien Seguin et Yoann Richomme ont passé une nuit complexe, enchaînant les quarts d’une heure pour essayer de s’échapper au plus vite de cette zone où l’absence totale de vent, les grains et les orages se succèdent. Les deux skippers de Groupe APICIL avaient tenté un décalage à l’ouest hier dans le but de parer ce Pot au Noir au plus vite. Une option qui n’a malheureusement pas eu l’effet escompté pour le duo tant ce dernier a été redoutable.

« Ce n’est pas rigolo. C’est un peu la gueule de bois ce matin. Il faut reconnaître que nous nous sommes un peu plantés et ce n’est pas fini car nous n’en sommes pas encore sortis et nous avons déjà perdu beaucoup. Et maintenant vue comment la flotte est étalée, cela devient compliqué. Nous avions pris pas mal d’éléments en compte pour choisir cette option-là.  Nous avions tablé sur un Pot au Noir un peu moins actif et un peu plus étroit de ce côté-là. Il y a peut-être certains points que nous avons négligés. » explique Damien Seguin ce jour au téléphone.

Touchés mais pas coulés

Il est vrai que la note est assez salée pour le duo de Groupe APICIL qui pointe désormais à la 12ème place du classement provisoire et accuse un retard de 226 milles sur le leader APIVIA, skippé par Charlie Dalin et Yann Eliès.  Et si le Maître Coq de Yannick Bestaven et Roland Jourdain est aux trousses du monocoque Groupe APICIL, devant le Corum de Jean Le Cam et Nicolas Troussel n’est qu’à 13 milles. Pas question donc pour Damien et Yoann de se laisser abattre et encore moins à chercher le pourquoi du comment. A bord, l’heure est à l’acceptation et à la détermination comme le confie Damien :

« Ce n’est pas le moment de chercher à comprendre tout cela, il faut que nous arrivions à nous remobiliser pour en sortir au plus vite et repartir en mode course. Nous avons pris un peu cher. Le moral en a pris un coup. Il faut que nous arrivions à nous reposer aujourd’hui. La frustration du moment fait partie du jeu de la course au large, il faut qu’elle se dissipe. Tout le monde peut faire des erreurs dans le Pot au Noir. » L’objectif des skippers va donc être maintenant de tenter de sortir au plus vite de cette zone piégeuse pour ensuite filer vers Salvador de Bahia.

Une nuit menée tambour battant

La blessure d’hier est déjà presque oubliée par Damien revigoré par le flux soutenu qui lui a permis d’accumuler les milles cette nuit. Fou comme le moral des marins est directement connecté à l’orientation et à la force du vent ! Damien a alterné les changements de voiles et mis cap au sud-est au bon…

Damien Seguin se blesse à bord de Groupe APICIL

Damien a informé hier à 18h son équipe à terre qu’il venait de se blesser à bord de Groupe APICIL.   Le solitaire, qui navigue à la 12e place du Vendée Globe, a profité des vents faibles pour bricoler sur son monocoque à l’approche des mers du Sud. Alors qu’il s’apprêtait à couper un morceau…

Réflexion sur le futur !

Alors qu’il a passé une majeure partie de son dimanche après-midi à s’arracher les cheveux dans la pétole et dans les grains (l’impression de revivre un second Pot au Noir comme il l’exprimait ce matin à la vacation), Damien Seguin a retrouvé des conditions de navigation un peu plus favorables. Désormais, c’est sur une mer…