Entrés dans le Pot au Noir hier, Damien Seguin et Yoann Richomme ont passé une nuit complexe, enchaînant les quarts d’une heure pour essayer de s’échapper au plus vite de cette zone où l’absence totale de vent, les grains et les orages se succèdent. Les deux skippers de Groupe APICIL avaient tenté un décalage à l’ouest hier dans le but de parer ce Pot au Noir au plus vite. Une option qui n’a malheureusement pas eu l’effet escompté pour le duo tant ce dernier a été redoutable.

« Ce n’est pas rigolo. C’est un peu la gueule de bois ce matin. Il faut reconnaître que nous nous sommes un peu plantés et ce n’est pas fini car nous n’en sommes pas encore sortis et nous avons déjà perdu beaucoup. Et maintenant vue comment la flotte est étalée, cela devient compliqué. Nous avions pris pas mal d’éléments en compte pour choisir cette option-là.  Nous avions tablé sur un Pot au Noir un peu moins actif et un peu plus étroit de ce côté-là. Il y a peut-être certains points que nous avons négligés. » explique Damien Seguin ce jour au téléphone.

Touchés mais pas coulés

Il est vrai que la note est assez salée pour le duo de Groupe APICIL qui pointe désormais à la 12ème place du classement provisoire et accuse un retard de 226 milles sur le leader APIVIA, skippé par Charlie Dalin et Yann Eliès.  Et si le Maître Coq de Yannick Bestaven et Roland Jourdain est aux trousses du monocoque Groupe APICIL, devant le Corum de Jean Le Cam et Nicolas Troussel n’est qu’à 13 milles. Pas question donc pour Damien et Yoann de se laisser abattre et encore moins à chercher le pourquoi du comment. A bord, l’heure est à l’acceptation et à la détermination comme le confie Damien :

« Ce n’est pas le moment de chercher à comprendre tout cela, il faut que nous arrivions à nous remobiliser pour en sortir au plus vite et repartir en mode course. Nous avons pris un peu cher. Le moral en a pris un coup. Il faut que nous arrivions à nous reposer aujourd’hui. La frustration du moment fait partie du jeu de la course au large, il faut qu’elle se dissipe. Tout le monde peut faire des erreurs dans le Pot au Noir. » L’objectif des skippers va donc être maintenant de tenter de sortir au plus vite de cette zone piégeuse pour ensuite filer vers Salvador de Bahia.

Damien Seguin, 10è des 48 heures Azimut : « La différence s’est faite sur la vitesse »

Damien Seguin et son monocoque Groupe APICIL se sont élancés de Lorient jeudi à 15H52 pour le Défi Azimut. Au menu, un parcours en triangle de 500 milles au milieu du Golfe de Gascogne avec deux marques de parcours à doubler. Une dernière confrontation pour les 17 skippers engagés sur ce Défi avant de se…

[Changer de Regard] #4 : au bout de leurs rêves

Après un petit chantier estival, Groupe APICIL était au départ ce mercredi du Défi Azimut qui se déroule à Lorient. Un rendez-vous important à quasiment deux mois du Vendée Globe avec pas moins de 19 IMOCA présents. Cette course est l’occasion pour Damien Seguin de réviser ses gammes et de se confronter une dernière fois…

[Changer de Regard] #3 : une rencontre extra-ordinaire

Retrouvez ici le 3ieme épisode de la nouvelle série [Changer de Regard] de la #GroupeAPICILTeamVoile ! Vous découvrirez au fur et à mesure des épisodes comment avec ce projet voile, nous souhaitons favoriser la cohésion sociale en changeant le regard que porte la société sur le handicap. Rencontre exceptionnelle à bord de l’IMOCA Groupe APICIL…