Damien Seguin et Yoann Richomme ont en fini avec le Pot au Noir. A bord de Groupe APICIL, les deux skippers sont soulagés d’être sortis de ce dernier qui a été très sévère mais l’accalmie n’est pas encore là. Actuellement, 14ème les deux skippers progressent au près péniblement vers Salvador de Bahia alors que les premiers bateaux, les Multi 50 ont franchi la ligne d’arrivée. Et le moins que l’on puisse dire c’est que la vie à bord de Groupe APICIL n’est pas chose aisée.

« On avance, on avance. C’est sûr que c’est mieux que dans le Pot au Noir mais ce n’’est pas super agréable non plus. On est au près dans 18 nœuds de vent. On tape dans les vagues, ça mouille, on vit penché à 25 degrés et il y a une espèce de microorganisme dans l’océan qui rend le pont et le cockpit très glissant. Ce n’est pas simple pour se déplacer, ni pour se faire à manger… »

Fort heureusement, les prochaines heures devraient être meilleures comme le souligne Damien. « On devrait arriver dans la soirée vers l’île de Fernando, là les choses doivent s’améliorer » Le leader des IMOCA, APIVIA mené par Charlie Dalin et Yann Eliès est de son côté attendu cette nuit à Salavdor

Téléchargez le livret pédagogique de la Route Du Rhum !

Afin de permettre aux enfants de mieux comprendre le défi de Damien pour cette Route du Rhum, le Groupe APICIL a créé un livret pédagogique « La Route du Rhum avec Damien » ! Dis-moi Damien, c’est quoi la Route du Rhum ? Cette petite fille espiègle qui questionne Damien au fil des pages, c’est…

« Un bon entrainement pour la Route du Rhum »

A 11H46’15’’ ce samedi, Damien Seguin a franchi la ligne d’arrivée des 48H Azimut solo en 12e position. Le skipper de Groupe APICIL a effectué le parcours de 505 milles en 1 jour 20 heures 40 minutes 15 secondes. Il a mis 4h57’25’’ de plus que le vainqueur, Charlie Dalin (APIVIA). Après un départ sur les…

Magnifique départ en pole position !

C’est à 15H08 ce jour que Damien s’est élancé à bord de son IMOCA Groupe APICIL pour disputer les 48 heures Azimut, une course offshore de 500 milles qu’il réalise en solitaire. Sur le plan d’eau, tout était réuni pour offrir un beau spectacle : soleil, vent de secteur nord-ouest de 7-8 nœuds, une flotte…