Après 8 heures de course et un départ réussi, Damien sur Groupe APICIL est 11e place de la flotte IMOCA, à 37,5 nm du leader de la course, Alex Thomson.

Il revient pour nous sur ses premières heures de course :

Je suis content de mon départ et de mon premier bord. En ce moment, il y a 17-20 nœuds de vent. Ça va se maintenir comme ça une bonne partie de la nuit puis ça va monter au fur et à mesure. C’est de la ligne droite. J’ai Isabelle Joschke à côté de moi et Romain Attanasio un peu derrière. Les conditions vont se renforcer dans la deuxième partie de la nuit. Ce sera plus sportif mais ça devrait s’améliorer ensuite ce qui nous permettra de descendre tout le long du golfe de Gascogne lundi. Il faudra avancer assez vite car l’arrivée de la dépression mardi s’annonce assez violente que ce soit en vent ou en hauteur de vagues. Ça ne va pas être de la rigolade. Quand nous serons au milieu, nous allons tous serrer les fesses, c’est certain. Il va falloir faire le tri entre la route la plus rapide donnée par les fichiers et la route réaliste de l’autre côté. Evidemment ces deux routes ne sont pas les mêmes.


La première nuit à bord s’annonce clémente, avant une météo nettement plus capricieuse dans les prochains jours.

Continuez de suivre Damien dans ce carnet de bord, sur notre compte Instagram et sur le direct de la Route du Rhum !

Bon vent !

Damien Seguin, Monsieur bonne humeur !

La bataille fait rage en tête de la flotte du Vendée Globe. La première place change de mains régulièrement entre Bureau Vallée et Apivia. Mais au dernier classement, c’est Louis Burton qui a l’avantage sur Charlie Dalin. Les deux hommes, qui font une route vers l’ouest, vont devoir avoir le cœur bien accroché et garder…

Des allures de Quinté +

Il ne reste plus que 1 900 milles à parcourir pour Groupe APICIL pour apercevoir enfin les Sables d’Olonne soit environ six jours de course. C’est court et long à la fois. Court pour nous à terre qui attendons chaque nouveau classement avec impatience tant la course qui se joue est haletante ! Long pour…

Le monde olympique et paralympique admiratif des performances de Damien Seguin

« Les JO, c’est tellement à part et hors du temps que tu voudrais que cela dure toujours… » Pas sûr que Damien Seguin, 5e du Vendée Globe, en dise autant de la course autour du monde si on lui pose la question aujourd’hui, alors qu’il sort tout juste d’un éprouvant passage du Pot au…