Hier, Damien a paré pour la première fois le Cap Horn. L’émotion était forte à bord de Groupe APICIL et n’a pas laissé indifférent à terre. Des messages de félicitations et d’encouragement sont tombés de toute part pour le premier skipper handisport à réussir cet exploit. De la Ministre Roxana Maracineanu aux soutiens de la première heure, quand Damien faisait ses premiers pas en course au large, ils ont été nombreux à saluer sa performance. La famille olympique affiche elle aussi toute son admiration pour ce que réalise le skipper de Groupe APICIL. Ces messages qui émanent d’univers variés sont le reflet d’une carrière vaste et jalonnée de multiples rencontres. Avec le Vendée Globe, c’est désormais le grand public qui découvre un skipper hors-norme, doté de capacités sportives exceptionnelles et d’une personnalité enjouée et passionnée.

Même si Damien ne peut pas encore avoir accès à l’ensemble des messages, il sait qu’il est soutenu, encouragé à chaque seconde et cela lui donne une énergie débordante à l’heure d’attaquer cette remontée de l’Atlantique. Souvent redoutée, cette dernière portion de parcours interroge Damien, toujours 4e qui a passé pas mal de temps ces dernières heures à analyser les données météo. Mais finalement, il y voit plus clair aujourd’hui et progresse, sans douter, vers l’anticyclone qui a pris place dans le nord des Iles Falkland. La zone de hautes pressions semble ne pas se déplacer autant qu’imaginer, ce qui rassure Damien alors que son adversaire direct, Thomas Ruyant a fait sécession en partant sur une route ouest, proche des côtes sud-américaines. Damien, lui, est resté calé à l’est dans le sillage du leader Yannick Bestaven qui le précède de 417 milles.

Les conditions à l’approche de l’anticyclone sont plus calmes et propices au repos. Le skipper de Groupe APICIL a réussi à recharger les batteries et affiche un super moral. Il se délecte de cette régate au contact et enfile sans complexe le costume « d’un bon outsider » comme il le verbalise désormais. Son bateau avance vite et il arrive à maintenir toujours son écart sur le groupe des poursuivants. Il possède 200 milles d’avance sur Benjamin Dutreux, un matelas confortable qui lui permet de se consacrer pleinement sur ce qui se passe devant l’étrave de son monocoque. Il profite aussi plus sereinement de cette transition météo, sorte de bulle de confort après le mois passé dans le grand sud.

Damien par téléphone cet après-midi :

 

« Ça va bien ! Je me sens très en forme. J’ai bien compris la situation météo. Et puis, mes adversaires de derrière ne me reprennent pas de terrain. Je continue même à gagner quelques milles. La suite ne va pas être simple, il faut passer cet anticyclone. Tous les modèles le voyaient bouger plus vite mais finalement, il ne bouge pas. Je suis content d’avoir pris à droite et je ne serais pas étonné que nous nous retrouvions avec Thomas. Je me suis bien reposé. J’ai bien profité des dernières 24 heures. Je commence à me mettre dans la peau d’un bon outsider. Ça me motive beaucoup de penser comme cela. »

Des allures de Quinté +

Il ne reste plus que 1 900 milles à parcourir pour Groupe APICIL pour apercevoir enfin les Sables d’Olonne soit environ six jours de course. C’est court et long à la fois. Court pour nous à terre qui attendons chaque nouveau classement avec impatience tant la course qui se joue est haletante ! Long pour…

Le monde olympique et paralympique admiratif des performances de Damien Seguin

« Les JO, c’est tellement à part et hors du temps que tu voudrais que cela dure toujours… » Pas sûr que Damien Seguin, 5e du Vendée Globe, en dise autant de la course autour du monde si on lui pose la question aujourd’hui, alors qu’il sort tout juste d’un éprouvant passage du Pot au…

La tête à l’endroit

En passant l’équateur à 6h45 (heure française) ce dimanche 17 janvier, Damien a fait son retour dans l’hémisphère Nord. Un hémisphère qu’il avait quitté il y a quasiment deux mois puisque le skipper de Groupe APICIL avait rejoint le Sud, le 19 novembre dernier. Une étape importante synonyme évidement de « retour à la maison…