Dans moins de 24 heures, Damien Seguin skipper du 60’ Groupe APICIL prendra le départ de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe. Notre skipper handisport – il est né sans main gauche – disputera pour la première fois la course dans la catégorie IMOCA après deux participations en Class 40 en 2010 et 2014. A deux jours du départ, le bateau et l’homme sont prêts à en découdre. Et même si la météo s’annonce compliquée et incertaine dans les prochains jours, Damien nous confie se sentir « bien et serein ».

Damien, dans quel état d’esprit es-tu à moins de 48 heures du départ de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe ?

Je me sens bien, je suis serein. Cela fait dix jours que le bateau est amarré à St-Malo et techniquement il est prêt à partir. D’ailleurs, je profite de la présence de Jean Le Cam pour le remercier lui et toute son équipe car c’est grâce à eux. Ils ont fait un beau travail. Ce n’est pas évident quand nous avons un gros engin comme celui-là. Ce sont des gros bateaux, tous des prototypes. Nous sommes sans arrêt en train d’essayer d’améliorer la machine. Au-delà de notre rencontre, Jean m’a apporté toute la technicité nécessaire. Il connaît ces bateaux-là par cœur et c’est un vrai atout. Je suis très content d’être là. Je suis extrêmement motivé. Je commence à bien connaitre ma machine, je me sens à l’aise dessus. Je sais que la météo ne va pas être simple les quelques jours après le départ donc c’est important d’avoir confiance en son bateau. Cette année, nous avons cherché les phases où il y avait du vent pour éprouver le bateau et même s’il y en n’a pas eu beaucoup, nous avons réussi à le faire. Je pars donc confiant et prêt à me battre. Ça va être un véritable sprint en IMOCA.

Quels sont, selon toi, tes principaux adversaires ?

Nous avons cette année un super plateau en IMOCA tant au niveau de la quantité que de la qualité. Ce n’est pas facile de se situer au milieu de tout ce monde. Il y a dix bateaux équipés de foils et dix qui, comme moi, n’en ont pas. Nous pouvons jouer au jeu des forces et des faiblesses de chacun mais traverser l’atlantique en solitaire sur ces engins-là n’est pas aussi simple que ça. Au final, je pense que ce sont la qualité du bateau, la préparation et la volonté du skipper qui feront la différence. Raisonnablement, nous pouvons espérer faire une belle course que ce soit au niveau de l’histoire que nous allons raconter que du classement.

La météo a fait beaucoup parler ces derniers jours, peux-tu nous en dire un peu plus sur ce qu’il vous attend ?

C’est vrai que nous en avons beaucoup parlé. Nous sommes tous sur des projets assez aboutis surtout en IMOCA. Nous avons des bateaux qui sont capables de faire le tour du monde en solitaire et affronter des météos compliquées donc il faut savoir jouer avec les éléments. On va partir en ligne droite vers le Cap Fréhel, il y aura de la pluie. Après, c’est assez incertain. Le premier coup de vent passera alors que nous serons déjà un peu au large. Nous aurons quitté les côtes de Bretagne et aurons avancé vers le Golfe de Gascogne. C’est une chance, ça nous évite d’avoir le danger de la côte à proximité. Mais cela fait partie de l’histoire de la Route du Rhum. Ces dépressions qui passent entraîneront forcément de la casse, des abandons. Nous y sommes préparés.


Les derniers préparatifs battent donc leur plein et Damien a passé l’écluse du Port de Saint-Malo à 18h ce soir !

Continuez de suivre ces dernières heures avant le départ sur notre compte Instagram !

Bon vent !

Damien embarque Laurent Bourguès à bord de l’IMOCA Groupe APICIL sur la Transat Jacques Vabre !

Pour sa cinquième participation à la Transat Jacques Vabre (la 3e en IMOCA), Damien Seguin a choisi d’embarquer à bord de Groupe APICIL un fin connaisseur de l’IMOCA : Laurent Bourguès. Avec son profil de coureur au large et son expérience de directeur technique de différents projets notamment LinkedOut, Laurent Bourguès cochait toutes les cases…

Damien tire un bilan positif de son expérience sur The Ocean Race à bord de Biotherm

Damien Seguin est de retour à Lorient pour suivre le chantier de son bateau Retour d’expérience sur trois mois de compétition en équipage à bord de Biotherm Samantha Davies a invité Damien à bord d’Initiatives-Cœur pour la Bermudes 1000 Race. Le nom du co-skipper de Groupe APICIL sur la Transat Jacques Vabre sera dévoilé prochainement…

Damien , concentré pour la plus longue étape de The Ocean Race

Hier, dimanche 26 février à 13H15 (heure française), Damien a pris le départ de la 3è et plus longue étape de l’histoire de The Ocean Race (12 750 milles l’équivalent de 23 600 km) à bord de l’IMOCA Biotherm, skippé par Paul Meilhat. Cette étape, qui devrait durer près de 40 jours, se joue entre…