Damien a passé le second cap de ce Vendée Globe, le cap LeeuwIn, cette nuit vers 2h50 (heure française) juste devant Jean Le Cam. Le premier skipper handisport à disputer le Tour du Monde en Solitaire et sans Escale réalise jusqu’à présent une superbe course. Bizuth du Vendée Globe, Damien ne lâche rien et fait route vers la Nouvelle Zélande au contact de Jean Le Cam (Yes we cam) avec lequel il bataille depuis plusieurs jours déjà. Un Jean Le Cam avec qui, il a passé beaucoup de temps ces dernières années puisque c’est ce dernier qui a conseillé Damien dans son projet Vendée Globe.  Cet hiver, leurs deux bateaux étaient d’ailleurs côte à côte dans un hangar, en chantier à Port-La-Forêt pour les derniers préparatifs avant la course. Les deux hommes s’apprécient et ont un profond respect l’un pour l’autre. Ce mano a mano est particulièrement stimulant et Damien regrettait d’ailleurs en fin de matinée de ne plus voir Jean à l’AIS. Yes We Cam est en effet désormais décalé dans le sud de Groupe APICIL et progresse au plus près de la Zone d’exclusion des glaces. Au dernier classement, Damien est 4è, devançant Jean d’à peine deux milles. Entre eux deux, la 4ème place a des allures de chaises musicales. Tantôt l’un, tantôt l’autre. A croire que les deux hommes ne peuvent plus se quitter…

Au moment de franchir le cap australien cette nuit, Damien s’extasiait de naviguer dans ce fabuleux Top 5 !

« 4e au Cap Leeuwin ! Un truc de dingue Si on m’avait dit ça aux Sables d’Olonne…. Ça m’aurait fait plaisir. » confie le skipper de Groupe APICIL, joint au téléphone ce jour.

A bord, il continue sa route et s’interroge sur ce qui l’attend encore. Même s’il navigue encore dans l’Indien, il pense déjà à l’océan Pacifique … un océan que le solitaire espère plus lumineux que l’Indien. Une chose est certaine, les bonnets et autres couches polaires vont être de sortie car les températures s’annoncent nettement plus rudes. Et si l’écart qui le sépare aujourd’hui du leader, Charlie Dalin (APIVIA) a fondu comme neige au soleil ces derniers jours (305 milles de retard), le triple médaillé paralympique est conscient que la tendance risque de s’inverser dans les prochaines heures comme il nous l’explique :

« Nous allons avoir une nuit compliquée dans du vent plus faible. Les trois premiers vont se barrer. Mais derrière, ça ne devrait pas revenir tout de suite car ils vont devoir gérer du vent faiblissant et adonnant. Je vais continuer à essayer de naviguer intelligemment. J’espère ne pas trop souffrir du froid et du manque de lumière dans le Pacifique. On m’avait dit que l’Indien était très gris et le Pacifique plus lumineux… J’espère ! C’est important la lumière, c’est primordial pour le moral. »

En ce 36ème jour de course, le compteur de Groupe APICIL affiche encore 13 000 milles à parcourir. Si la route est encore longue, Damien affiche une forme « olympique », heureux du chemin déjà parcouru et des découvertes qui s’offrent à lui chaque jour.

Damien joint au téléphone aujourd’hui :

 

“Je ne m’étais pas donné de repères de temps sur ce Vendée Globe. C’est-à-dire que je ne m’étais pas mis d’objectif de temps/date pour le franchissement des caps. Mais le chemin m’a paru assez long jusqu’au Cap Leeuwin. On verra comment on va aborder le Pacifique. En tout cas, c’est sûr que nous allons avoir une transition thermique assez brutale. La température va chuter. Par contre, il semblerait que nous n’ayons pas à gérer de grosses dépressions d’ici la Nouvelle Zélande. Ça va faire du bien ! 4e au Cap Leeuwin ! Si on m’avait dit ça aux Sables d’Olonne…. Ça m’aurait fait plaisir.

A suivre, nous allons avoir une nuit compliquée dans du vent plus faible. Les trois premiers vont se barrer. Mais derrière, ça ne devrait pas revenir tout de suite car ils vont devoir gérer du vent faiblissant et adonnant. Je vais continuer à essayer de naviguer intelligemment. J’espère ne pas trop souffrir du froid et du manque de lumière dans le Pacifique. On m’avait dit que l’Indien était très gris et le Pacifique plus lumineux… J’espère ! C’est important la lumière, c’est primordial pour le moral. »

[Changer De Regard] S2 #4 – Nos différences nous réunissent !

Gravir le Mont Ventoux en vélo aux côtés des collaborateurs du Groupe APICIL : c’est le défi que s’était lancé Damien à la fin de son Vendée Globe ! Accompagné également de Chris Ballois et Elise Marc, athlètes de la Team APICIL, Damien est revenu sur ses terres natales pour partager cette aventure avec ceux…

[Changer De Regard] S2 #3 – Uniques, ensemble !

Dans cet épisode nous vous emmenons au cœur de l’équipe qui entoure Damien au quotidien et sur les périodes de courses, comme les 48H Azimut qui se sont déroulées la semaine dernière à Lorient. Un collectif composé de personnalités et d’expertises différentes, œuvrant ensemble à la réussite des projets de notre skipper !

Un bon entraînement

Le Défi Azimut – Lorient Agglomération s’est achevé ce dimanche. Au programme, cinq jours de compétition divisés en trois actes : runs de vitesse, 48 heures Azimut et le tour de l’île de Groix dont le départ a été donné ce jour à 13H20. Trois exercices différents qui ont permis aux 14 IMOCA inscrits de…