Depuis près de 48 heures, Groupe APICIL a retrouvé un alizé plus stable et plus soutenu qui lui permet d’afficher à son compteur de belles vitesses et de réaliser de jolies glissades. Des conditions de navigation (mer plate, 14 -15 nœuds de vent) propices aux foilers mais qui ont tout de même permis au duo Seguin / Dutreux de reprendre un peu d’avance sur ses poursuivants comme l’explique Damien.

« Malheureusement, on ne tient pas la cadence à cette allure-là par rapport aux foilers. Ils nous mettent entre 4 et 5 nœuds de vitesse en ligne droite mais on ne va pas se plaindre car on a aussi repris des milles sur nos concurrents ».

Hier après-midi, les deux skippers ont traversé l’archipel du Cap-Vert. Pour ce faire, Damien et Benjamin ont fait le choix de passer entre les îles de Fogo et de Santiago. Une décision très intéressée et dont ils étaient satisfaits ce matin :

« L’île de Fago est très haute, quasiment 3 000 mètres de haut donc c’était l’occasion d’essayer quelque chose car on n’est pas trop en réussite sur nos options depuis le début de cette régate. Pour l’instant, nous sommes plutôt satisfaits. On a l’impression que ça a plutôt bien fonctionné. On a trouvé le vent que nous sommes venus chercher et l’angle de vent que nous avons, nous permet de faire route directe vers le Pot au Noir » raconte le triple médaillé paralympique

Un Pot au Noir — zone de convergence intertropicale- que les deux skippers surveillent comme le lait sur le feu. En effet, si ce dernier est actuellement peu actif et permet aux premiers IMOCA de le traverser sans trop de difficultés, il pourrait bien s’intensifier dans les prochaines heures et donner du fil à retordre au tendem de Groupe APICIL. Pour l’heure, une seule chose est certaine : bien malin celui qui peut prédire comment les choses vont se dérouler tant les fichiers météos divergent.

« Pour l’instant, il est assez clément mais cela peut se dégrader assez rapidement avec le retour des alizés profonds qui nous accompagnent. Ces derniers jours, les modèles météos sont un peu à la rue donc on prend tout avec des pincettes et on se prépare à un peu tous les scénarii » explique Benjamin

« Le bateau et moi , allons bien ! je pense que nous sommes copains »

Damien a franchi la ligne d’arrivée de la Guyader Bermudes 1000 Race en 9è position ce samedi 14 mai à 18H05’. Le skipper de Groupe APICIL a mis 6 jours, 3 heures et 25 minutes pour parcourir les 1200 milles du parcours. Cette première course de la saison à bord de son nouvel IMOCA a…

C’est parti !

C’est à 14H40 ce dimanche après-midi que les 24 IMOCA engagés sur la Guyader Bermudes 1000 Race se sont élancés sous un beau soleil Brestois et dans des conditions de vent assez légères. Au menu : 1200 milles à parcourir en direction du phare du Fastnet avant de redescendre vers le Cap Finisterre et de remonter…

Quand un skipper et un apnéiste se rencontrent !

Hier, lors de la Guyader Bermudes 1000 Race, Damien recevait à bord du bateau Groupe APICIL, l’apnéiste Arthur Guerin Boeri, détenteur de six records du Monde et de cinq titres mondiaux. Il vient de parcourir récemment la distance jamais atteinte sous la glace :  105 mètres sans respirer et dans une eau glacée ! Arthur…