Le moral est au beau fixe aujourd’hui à bord de Groupe APICIL et la voix de Damien Seguin au téléphone ce matin, plus enthousiaste. Après une journée de vendredi difficile nerveusement car disputée dans la pétole, le skipper du 60’ Groupe APICIL a retrouvé du vent et navigue dans des conditions plus favorables pour faire avancer le 60’ rouge et blanc :

Depuis, une heure, il y a 10 – 11 nœuds de vent. J’avance à 10 nœuds, presqu’au près tribord amure. Il va faire beau aujourd’hui. J’ai déjà 22 degrés.

En effet, après avoir passé 2h30 à plancher sur sa table à cartes hier soir, Damien a tenté un petit décalage au nord cette nuit. Une petite option qui lui a permis ce matin de resserrer les écarts sur ses deux principaux adversaires : Alan Roura (La Fabrique) et Stéphane Le Diraison (Time for Ocean) et qui lui permettra, il l’espère, dans les prochaines heures de course d’envoyer son gennaker avant ses deux camarades de jeu.

Je pense qu’il y a un coup à jouer dans les prochaines 24 heures. Je suis content car je suis exactement là où je voulais être. Nous allons avoir un changement de météo la nuit du 11 au 12. Un front froid va passer au travers de l’anticyclone. Mon objectif est donc de récupérer du vent portant avant Stéphane et Alan d’où mon décalage un peu plus Nord qu’eux, explique Damien.

8ème au classement, le triple médaillé paralympique pointe désormais à seulement 8 milles de La Fabrique et à 20 milles de Time For Ocean. Le match entre ces trois-là ne fait donc que commencer et promet un joli spectacle. Il est vrai que si les IMOCA de tête ont profité d’un trou de souris pour se faire la malle, l’enjeu du trio est maintenant de toucher rapidement du vent portant pour pouvoir enfin, profiter des belles glissades alizéennes.

Des nouvelles de Damien joint au téléphone ce jour…

Je vais très bien et ce pour deux raisons : la première c’est que j’ai passé une super nuit, je me suis reposé. La seconde, c’est que j’ai réussi à créer un petit décalage par rapport à Alan Roura (La Fabrique) et Stéphane Le Diraison (Time for Ocean). Du coup, au classement, j’ai gagné quelques milles sur eux. Hier soir, j’ai passé 2H30 à travailler sur la météo car le scénario a changé trois fois depuis 36 heures. Je pense qu’il y a un coup à jouer dans les prochaines 24 heures. Je suis content car je suis exactement là où je voulais être.

Nous allons avoir un changement de météo la nuit du 11 au 12. Un front froid va passer au travers de l’anticyclone. Mon objectif est donc de récupérer du vent portant avant Stéphane et Alan d’où mon décalage un peu plus Nord qu’eux. Ce matin quand le soleil s’est levé, il y avait beaucoup de nuages et de gros grains à l’horizon.

Depuis, une heure, il y a 10 – 11 nœuds de vent. J’avance à 10 nœuds, presqu’au près tribord amure. Il va faire beau aujourd’hui. J’ai déjà 22 degrés. Les affaires et le bateau ont bien séché.


Rendez-vous demain pour de prochaines nouvelles du bord et continuez à consulter notre compte Instagram et à soutenir Damien : #GoDamien

Bon vent !

À lire également


Vendée Arctique: Damien Seguin abandonne

Après avoir averti son équipe technique hier à 18h00 que son support d’alternateur avait cassé empêchant ainsi de recharger totalement les batteries, Damien Seguin a rallié Port-La-Forêt ce jour en fin de matinée. Le skipper de Groupe APICIL a été rejoint par sa Team qui a rapidement fait un diagnostic des dégâts à bord.  …

Vendée Arctique: Damien Seguin fait route vers La Bretagne

A 18H00 ce jour, Damien Seguin, skipper du monocoque 60’ Groupe APICIL qui évoluait en 14ème position sur la Vendée Arctique – Les Sables d’Olonne à une vitesse moyenne de 11,5 nœuds a prévenu son équipe à terre qu’il faisait route vers La Bretagne. En cause, la casse du support d’alternateur qui n’est plus solidaire…

Vendée Arctique: Retour en images sur le départ

Damien Seguin, skipper du monocoque 60’ Groupe APICIL s’est élancé hier à 15H30 sur sa première course de l’année : la Vendée Arctique – Les Sables d’Olonne. Un départ que le triple médaillé olympique a pris tout en prudence au vu des conditions météos assez toniques qui accompagnaient la flotte des 20 concurrents : ciel gris, mer…