Damien Seguin et Yoann Richomme à bord de Groupe APICIL poursuivent leur descente sous spi vers l’archipel du Cap Vert. Les deux skippers cravachent dur pour tenir la cadence imposée par les foilers qui s’en donnent à cœur joie dans ces conditions. « Le but c’est de tenir le rythme avec tous ces bateaux plus rapides que nous, et ce n’est pas simple. Forcement les foilers sont beaucoup plus rapides, on essaye de s’accrocher mais on n’a pas forcement de quoi le faire. » précise Yoann Richomme à la vacation ce jour. Pour maintenir leur bon rythme et ne pas perdre trop de terrain sur leurs camarades de jeu, Damien et Yoann s’emploient en enchaînant les manœuvres. Des efforts qui portent leurs fruits puisque le duo pointe actuellement en 9ème position à, à peine 25 milles du 6ème Arkéa Paprec, mené par Sébastien Simon et Vincent Riou. En 8ème position, on retrouve un autre bateau à dérives celui de Jean Le Cam et Nicolas Troussel qui devance Damien et Yoann de 6 milles.

« On a notre bateau de référence avec nous, Corum, on arrive à se jauger un peu en termes de performance ; on est là où on espérait être. On est plutôt satisfait de nous » raconte Yoann.

Prochain obstacle : le Pot au Noir

Pour l’instant tout va bien à bord de Groupe APICIL mais les prochaines heures de course devraient donner du fil à retordre au duo et à ses concurrents. En effet, un obstacle de taille va se dresser sur la route des IMOCA : le Pot-au-Noir, la zone de convergence intertropicale.  Si pour le moment, Damien et Yoann ont choisi de se décaler vers l’ouest pour mieux l’aborder, à bord les questions demeurent. Les deux skippers restent donc très attentifs à l’évolution de ce dernier qui s’annonce assez complexe. L’enjeu pour tous est de trouver la meilleure voie pour en sortir au plus vite.

« De ce qu’on a cru comprendre, il va y avoir un peu une excroissance du Pot-au-Noir avant d’y arriver et donc il y a un petit coup d’ouest à prendre. C’est pour ça qu’on se décale. Ça n’a pas l’air très simple, ce n’est pas simple de se dire il faut viser tel ou tel endroit. Il va y avoir pas mal de stratégie dans les jours à venir pour trouver une entrée adéquate. »

Une nuit menée tambour battant

La blessure d’hier est déjà presque oubliée par Damien revigoré par le flux soutenu qui lui a permis d’accumuler les milles cette nuit. Fou comme le moral des marins est directement connecté à l’orientation et à la force du vent ! Damien a alterné les changements de voiles et mis cap au sud-est au bon…

Damien Seguin se blesse à bord de Groupe APICIL

Damien a informé hier à 18h son équipe à terre qu’il venait de se blesser à bord de Groupe APICIL.   Le solitaire, qui navigue à la 12e place du Vendée Globe, a profité des vents faibles pour bricoler sur son monocoque à l’approche des mers du Sud. Alors qu’il s’apprêtait à couper un morceau…

Réflexion sur le futur !

Alors qu’il a passé une majeure partie de son dimanche après-midi à s’arracher les cheveux dans la pétole et dans les grains (l’impression de revivre un second Pot au Noir comme il l’exprimait ce matin à la vacation), Damien Seguin a retrouvé des conditions de navigation un peu plus favorables. Désormais, c’est sur une mer…