Troisième épisode d’ « Un jour, un souvenir #3 » : le baptême du 1er Class40 de Damien, avec un sacré parrain  !

Mon accès à la course s’est fait dans la difficulté avec la solitaire en 2005 qui avait posé débat. On ne m’autorisait pas à y participer en raison de mon handicap. Patrick Poivre d’Arvor est une personne qui a œuvré pour faire avancer le débat… Les relations étaient compliquées entre les organisateurs de la course et moi… Les médias s’étaient aussi un peu emparés du sujet. Et des mots forts comme « discrimination » ont été employés pour parler de la situation.

 

PPDA en a parlé dans son JT au moins deux fois. Puis il a posé le débat calmement pour faire en sorte que les différents acteurs se parlent. Il fallait dépassionner le débat pour arriver à se poser les bonnes questions… C’est ce qu’il a fait. En ce sens, je considère que c’est une personnalité qui a œuvré pour m’aider à défendre mon intégration dans la course au large. Le fait qu’il soit le parrain de mon Class 40 était donc une suite logique pour moi.

 

Avec ce bateau, j’allais enfin me présenter au départ de ma première Route du Rhum – Destination Guadeloupe… 20 ans après avoir vécu la première arrivée que j’avais vu en Guadeloupe quand j’avais 10 ans. Je voulais un parrain représentatif de beaucoup de choses, y compris des moments compliqués de man carrière. J’ai proposé à Patrick de devenir le parrain, il a accepté volontiers. C’était un moment très sympa. Nous n’avons pas cassé une bouteille de champagne mais une bouteille de Rhum Longueteau. Je naviguais avec la famille en Guadeloupe, c’est eux qui m’ont offert la bouteille pour le baptême. Dans ce geste, sur ce moment, on a plein de symboles en même temps. PPDA a, par la suite, toujours suivi mon parcours. C’est quelqu’un d’extrêmement bienveillant

Damien Seguin, Monsieur bonne humeur !

La bataille fait rage en tête de la flotte du Vendée Globe. La première place change de mains régulièrement entre Bureau Vallée et Apivia. Mais au dernier classement, c’est Louis Burton qui a l’avantage sur Charlie Dalin. Les deux hommes, qui font une route vers l’ouest, vont devoir avoir le cœur bien accroché et garder…

Des allures de Quinté +

Il ne reste plus que 1 900 milles à parcourir pour Groupe APICIL pour apercevoir enfin les Sables d’Olonne soit environ six jours de course. C’est court et long à la fois. Court pour nous à terre qui attendons chaque nouveau classement avec impatience tant la course qui se joue est haletante ! Long pour…

Le monde olympique et paralympique admiratif des performances de Damien Seguin

« Les JO, c’est tellement à part et hors du temps que tu voudrais que cela dure toujours… » Pas sûr que Damien Seguin, 5e du Vendée Globe, en dise autant de la course autour du monde si on lui pose la question aujourd’hui, alors qu’il sort tout juste d’un éprouvant passage du Pot au…