Ça accélère à bord de Groupe APICIL et ce n’est que le début ! Après avoir passé plusieurs jours dans des zones de calmes, Damien Seguin a remis du charbon dans sa machine. Le skipper de Groupe APICIL, désormais 12e au classement et 2e bateau à dérives a passé une bonne nuit à bord de son monocoque. Une nuit dans le sud, dans une zone où il n’était jamais allé jusqu’à présent. Mais peu importe, le solitaire se régale car c’est aussi ce qu’il est venu chercher sur ce Vendée Globe. Des endroits inconnus, des mers hostiles, de l’enjeu, de la compétition, de la nouveauté, du plaisir et de belles glissades … l’aventure ne fait que commencer. Et Damien le sait.

Après un atelier voilerie hier après-midi pour réparer la chute de son J1, le solitaire a pu se reposer et reprendre des forces en vue de cette journée qui s’annonce assez intense comme il le précisait ce matin dans un message envoyé du bord.

« On va attaquer une journée qui va être sympa aussi où le vent va monter progressivement. Il y a quelques changements de voiles à prévoir. Mais tout s’annonce bien ! ».

 

Lui qui a choisi de contourner l’anticyclone de Sainte-Hélène par l’Ouest continue sa progression en direction du Cap de Bonne-Espérance qu’il devrait atteindre milieu de semaine prochaine. Lancé à une vitesse de 18 nœuds, le triple médaillé paralympique s’affaire à bord pour faire avancer vite sa monture. Aux côtés de Giancarlo Pedote (Prysmiam Group) qui a pris l’ascendant sur Damien à bord de son bateau à foils et de Benjamin Dutreux (OMIA – water family), le skipper de Groupe APICIL ne lâche rien et tente de rattraper le wagon de chasseurs à plus de 150 milles devant lui. A bord, la fraicheur est de retour… le short et le T-shirt ne seront bientôt plus qu’un souvenir.

Message de Damien :

 

« Bonjour à tous, ça va super bien à bord de Groupe APICIL. Super nuit de glisse sous GV haute, grand gennaker et avec une mer plate, entre 15 et 20 nœuds de vent. Ça envoyait  ! Il n’y a que l’Italien qui était à côté de moi et qui va plus vite, mais il a des foils. C’était donc une bonne nuit. J’ai pu me reposer aussi. C’est cool ! On va attaquer une journée qui va être sympa aussi où le vent va monter progressivement. Il y a quelques changements de voiles à prévoir. Mais tout s’annonce bien ! »

Des allures de Quinté +

Il ne reste plus que 1 900 milles à parcourir pour Groupe APICIL pour apercevoir enfin les Sables d’Olonne soit environ six jours de course. C’est court et long à la fois. Court pour nous à terre qui attendons chaque nouveau classement avec impatience tant la course qui se joue est haletante ! Long pour…

Le monde olympique et paralympique admiratif des performances de Damien Seguin

« Les JO, c’est tellement à part et hors du temps que tu voudrais que cela dure toujours… » Pas sûr que Damien Seguin, 5e du Vendée Globe, en dise autant de la course autour du monde si on lui pose la question aujourd’hui, alors qu’il sort tout juste d’un éprouvant passage du Pot au…

La tête à l’endroit

En passant l’équateur à 6h45 (heure française) ce dimanche 17 janvier, Damien a fait son retour dans l’hémisphère Nord. Un hémisphère qu’il avait quitté il y a quasiment deux mois puisque le skipper de Groupe APICIL avait rejoint le Sud, le 19 novembre dernier. Une étape importante synonyme évidement de « retour à la maison…